KIRSTINE STUBBE TEGLBJÆRG

Le Changement. La transformation. La nécessité de mourir afin de pouvoir renaitre, comme un serpent qui mue. Ce sont les thèmes de son dernier album.

Kirstine Stubbe Teglbjærg, qui opérait déjà au sein du groupe Blue Foundation, a sorti récemment son premier album solo “Hamskifte”.

Nous la contactons à l´heure du thé à son domicile de Copenhague et discutons de son nouvel album autoproduit. Pourquoi ce titre,“Sloughing”?

Repenser les symboles 
- Cela peut signifier de nombreuses choses. La plupart des personnes dans nos cultures occidentales associent des symboles bibliques tels que le serpent à quelque chose de négatif. Mais j´ai découvert que cela n´a pas toujours été le cas dans toutes les cultures, comme par exemples chez les Sumériens il y a 3000 ans.

Pour eux, et pour moi, le serpent et sa mue représentent un processus positif de renouvellement, de transformation. Il ne s´agit pas d´un changement total parce que nous restons nous-mêmes, affirme Kirstine Stubbe Tegbjærg.

Une mue autoproduite
La chanteuse explique que le titre se réfère aussi au fait qu´elle a ressenti le besoin de se tourner vers une expérience plus personnelle après des années au sein du même groupe afin de découvrir de nouveaux horizons.

De plus, l´album a représenté une grande opportunité d´apprendre de nouvelles choses et d´atteindre un développement personnel plus complet. Elle a donc décidé de produire cet album elle-même. Pour cela, elle a du apprendre de nouvelles techniques liées aux percussions, aux éléments rythmiques, aux beats et aux grooves entre autres. Cela a permis de conférer plus de force à ses compositions.

Retirer le tapis
- Je me suis isolée pendant longtemps. J´ai retiré le tapis qui se trouvait sous mes pieds. Tout comme un serpent a besoin de paix et de calme pour compléter sa mue. C´est un processus solitaire, qui rend très vulnérable car la transformation se déroule dans l´obscurité. Mais c´est indispensable.

Le processus et le produit final vous ont-ils apporté la rédemption que vous recherchiez?

- Oui, absolument. Sur certains morceaux. Tels que “Drømmenes Lyd” (“Le son des rêves”, vidéo ci-dessous.) Il y a aussi le plaisir de sortir et de découvrir le monde à nouveau. Le contraste entre ce processus et la scène live, plus extrovertie, est très important. J´ai appris à prendre des décisions par et pour moi-même, ajoute Kirstine Stubbe Tegbjærg. 

Le questionnaire des artistes féminines
Après avoir été membre d´un groupe reconnu internationalement tel que Blue Foundation avec des titres comme “Eyes on Fire” sur un grand label pendant d enombreuses années, Kirstine Stubbe Tegbjærg recherchait de nouvelles sources d´inspiration à travers des photographes tels que Sally Mann, des peintres Anna Anker ou encore des musiciens comme Patti Smith et Kate Bush

Comment ont-ils fait? Comment gérer famille et enfants lorsque vous vous occupez de votre carrière? Peut-on gérer un projet musical en même temps qu´une famille?

Recherche et anxiété
- La base est constituée d´une quête déstabilisante. Sur l´album, je parle des thèmes de la vie, de la mort, de la résurrection. Ces contrastes initiés sur “Eyes on Fire”. J´ai été comme morte d´une certaine manière. Les ponts brulaient. Je recommençais du début. J´avais besoin de tout détruire pour bâtir quelque chose de nouveau.

- La chanson “Drømmenes Lyd” évoque la légèreté de la vie, la beauté des petites choses simples, tel que le fait de s´asseoir sur une marche d´escalier chauffée toute la journée par le soleil. La signification de notre présence sur terre. 

- Mais très souvent, la vie est différente. C´est aussi une lutte. Cette pénombre, cette anxiété, le doute aussi sont présents sur l´album, comme dans le titre "Broerne Brænder" ("Les ponts brulent », explique-t-elle.

La nécessité de changer
- Je pense que tout le monde connaît ce phénomène. On s´énerve, on en a marre lorsque quelque chose de grave nous arrive. En même temps, il est nécessaire de rester honnête avec soi-même et de tenter de traverser cette crise, de muer pour nous réinventer. 


Un son naturel et révélateur
C´est pourquoi ce son de la ville, fait de bruit et de tumulte est présent sur de nombreux titres. Parce que la vie est en même temps belle et violente, bruyante et que la musique reflète notre vie.

“Hamskifte”, c´est justement cela, une réflexion sur la vie, un documentaire sur le processus de création. Et le son doit nécessairement traduire les intentions:

Quand je travaille sur ma musique, il est très important pour moi que le son soit clair. On doit pouvoir entendre toutes les épaisseurs, toutes les nuances de la musique, et avoir des basses légèrement appuyées ainsi que des hautes fréquences raffinées. J´aime les sons naturels, révélateurs, en live sur scène aussi d´ailleurs.

Du son et des enceintes
- Avant de m´embarquer dans "Hamskifte", j´ai dû apprendre par moi-même à traiter chaque aspect du son que je recherchais. J´ai travaillé avec des sons du quotidien comme faisant entièrement partie de la production. Je voulais créer un son qui ne soit pas trop joli.

- J´aime travailler avec des enceintes qui reproduisent le son de manière naturelle, sans l´embellir. Sur le plan sonore, je privilégie les atmosphères brouillées et tendues.

- Sur "Hamskifte", j´ai essayé de créer un son de batterie qui s´adapte à l´atmosphère particulière, au feeling perturbant qu´on retrouve sur l´album. Au début, j´ai trouvé que les percussions étaient un peu trop propres, trop nettes. J´ai donc amplifié les basses à travers un amplificateur de guitare pour obtenir ce son si particulier.

- J´apprécie vraiment beaucoup le mélange de ce son « sale » et des harmonies ou des mélodies contenues dans les bruits, comme si on se trouvait enveloppé dans du brouillard.

Nouvelle musique pour le théâtre et pour la vie 
Actuellement, Kirstine Stubbe Teglbjærg écrit de la musique pour deux performances théâtrales en 2014 et 2015. Elle fait aussi partie du comité de nomination pour le Nordic Council Music Prize. 

De plus, elle commence à composer de nouveaux titres pour elle. Son prochain album sera sans doute en anglais. Après ce processus de mue, elle se sent encore plus prête à s´aventurer dans le monde et éventuellement à collaborer avec d´autres artistes dans cette voie.

La mue est achevée. Une nouvelle entité a pris vie. 

Le résultat, “Hamskifte”, empli de dualité, la vie et la mort, le feu et la glace, la beauté et l´horreur, le calme et le bruit. Tout cela fait partie de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. Kirstine Stubbe Teglbjærg est prête pour le changement, pour de nouveaux défis, de la nouvelle musique, de nouveaux sons:

- Le son est extrêmement important pour moi. Le monde dans lequel nous vivons est construit sur le son. Tout a un son, même les planètes, l´espace, le plus petit des insectes possède un son, produit un son. 

- Pour moi, le son est un matériel brut, dont le monde est composé et qui fait évoluer le monde. Je me sens vraiment privilégiée de pouvoir travailler sur le son chaque jour, conclue Kirstine Stubbe Tegjbjærg. 

Kirstine Stubbe Tegbjaerg_1_photo Kajsa Gullberg.jpg
Kirstine Stubbe Tegbjaerg_3_photo Kajsa Gullberg.jpg

You are about to leave this page

You are on your way over to our International page

Go to MyDALI Forum Close