MARIE FISKER

SO, HOES & HEROES Cet automne 2012, la musicienne danoise Marie Fisker vient de sortir un tout nouvel album qui reçoit d´excellentes critiques.

Malgré un emploi du temps chargé, elle a pris le temps de nous répondre et d´évoquer sa musique, la joie, sa sainte horreur des mp3 et même nos propres enceintes DALI! Pour débuter cette conversation, nous lui avons demandé de décrire sa musique:

-C´est une sorte de mélange entre rock’n’roll, folk, et progressive pop avec un penchant pour la slide guitar utilisée dans la country ainsi qu´un univers cinématique, une expression imaginaire, incluant parfois une approche plus rugueuse, plus noisy, plus psychédélique aussi.

Comment décririez-vous votre dernier album, intitulé “So, Hoes & Heroes”, en comparaison avec votre premier album “Ghost of Love” de 2009?

- Je trouve qu´il y a plus d´épaisseur, plus de couches différentes dans la musique, La production est différente pour chaque titre, même si le tempo assez relax est commun à toutes les chansons. J´ai toujours essayé de trouver le bon feeling plutôt que de systématiquement éditer chaque mouvement de mes chansons.

- Ma façon d´écrire des paroles s´est développée, et je pense que j´avais besoin d´exprimer davantage de poésie dans mes textes. J´ai approfondi ma réflexion sur les situations et les thèmes. Par exemple, j´ai remarqué que notre mémoire des évènements change en fonction de notre état d´esprit. La plupart de mes textes comportent différents angles et peuvent être largement interprétés.

Le Bonheur est une source d´inspiration
Qu´est-ce qui vous inspire quand vous créez votre musique ?

- Je suis surtout inspirée quand je suis heureuse. La poésie peut être un point de départ pour me souffler une idée, m´inspirer un sentiment, aussi bien qu´un livre, une chanson ou encore une image.

- Je trouve les montages radio étonnants en ce qu´ils peuvent ouvrir votre imagination. Et j´aime écouter les voix, c´est une expérience très intime. C´est comme regarder à travers une fenêtre quand on se promène dans la rue. Cela peut vous aider lorsqu´il fait sombre dehors. La vie de tous les jours… La pelouse, les amoureux, les rues, des plats que l´on déguste. Il suffit de laisser son esprit voyager, de créer du mystère.

Pourtant, bien que le Bonheur vous inspire, on a l´impression qu´une atmosphère mélancolique prévaut dans votre œuvre. La mélancolie est-elle pour vous une source d´inspiration, de création comme elle a pu l´être pour de nombreux artistes ?

- Humm, je ne suis pas certaine… La mélancolie est assez négative pour moi et je ne me sens pas destructive. Parfois, je peux exprimer de la colère ou de l´étonnement mais plutôt dans le sens ou cela reflète une atmosphère intense. L´intensité que l´on exprime peut aussi se traduire comme quelque chose qu´on aime ou dont on se sent proche. Je pense que j´ai surtout un besoin de m´ unir et d´échanger avec d´autres personnes, besoin que nous avons tous, je pense. Nous entrons tous en collision, nous nous émerveillons presque instantanément et parfois même, nous explosons mais c´est là que se trouve l´énergie, le feu. C´est dans ces moments que nous expérimentons, que nous développons notre volonté, nos limites, nos choix. Le « bien » et le « mal » sont des notions très relatives pour la plupart des gens. C´est cet espace que je trouve réconfortant et positif.

On the beach
La chanson On the Beach sur votre nouvel album semble capturer l´essence même de votre musique. Racontez-nous le processus de création de cette chanson.

- En fait, je suis allée dans un cottage en Suède pendant une semaine pour écrire seule. Je souhaitais écrire une chanson dont les accords et la mélodie soient particuliers. En bricolant un peu avec Garage Band sur mon ordinateur après avoir fini la chanson, j´ai ajouté une note un peu plus libre avec des claviers et différents sons.

- Quand je suis rentrée chez moi, je suis allée au studio avec Jakob (Høyer, producteur de l´album, n.d.l.r.) et nous avons à peu près repris toutes les idées de la démo. Jakob a eu une super idée en ajoutant une ligne de claviers et nous avons enregistré toutes les percussions ensemble. Un peu plus tard, notre bassiste Anders Christensen y a ajoute une superbe ligne de basses et le guitariste Rune Kjeldsen un peu de lap steel qui a ajouté une tonalité océanique. Sur le plan rythmique, cela ressemble au son des vagues, ce qui s´accorde très bien avec les paroles.

Une vibration dynamique
Vous mentionnez Jakob Høyer – Il a produit et enregistré votre nouvel album et même construit votre studio. Il semble être très important dans le processus de création de votre nouvel album. Comment fonctionne votre coopération?

- Jakob et moi travaillons ensemble depuis de nombreuses années. D´une certaine manière, nous sommes tr ès différents dans notre approche et cela crée une sorte de vibration dynamique entre nous. Il est très sûr de lui et il aime essayer de nouvelles choses. Nous sommes tous les deux assez obstinés sur le plan artistique et ne nous mettons jamais d´accord avant que nous soyons tous les deux satisfaits. Parfois, cela peut peut prendre pas mal de temps avant de trouver le son juste pour une chanson.

- C´est ce que j´apprécie. Avoir une personne en qui l´on peut avoir confiance, qui apporte de nouvelles idées et insuffle de nouvelles directions artistiques qui reflètent mes idées et mes positions. C´est magnifique de partager une telle aventure avec ses hauts, ses bas.

Des enceintes DALI speakers au studio
J´ai eu le plaisir d´écouter votre album sur mes DALI IKON 6 MK2 qui mettent en valeur la dynamique et la transparence de vos enregistrements. Que pensez-vous du « bon son » en général et des enceintes en particulier?

- En ce qui concerne le bon son, je le décrirais comme un son chaleureux et organique. Même quand on mélange des éléments électroniques et acoustiques, il est important que ca sonne de manière réaliste et qu´il y ait une certaine profondeur.

- Nous tentons de conserver une atmosphère réaliste dans notre production. Il faut que tout cela sonne de manière cohérente à la fin. J´aime vraiment beaucoup les DALI CONCEPT 6, nous les avons dans notre salon et nous écoutons toujours les mixes à la maison. Je crois que l´ingénieur son les utilise aussi. Elles sonnent de manière naturelle et chaleureuse, sans aucune perte de détails. Je sais que Jakob Høyer les apprécie beaucoup, il mixe sur des Proacs Studio 100 et des DALI CONCEPT 6.

Le MP3, c´est nul. Et rien ne peut se comparer au vinyle!
Toujours à propos du son et de la production: vous sortez votre nouvel album en 33 t et en CD. Il sera sans doute aussi diffuse en streaming sur Spotify. En tant que musicienne, que pensez-vous de l´évolution numérique?

- Je pense que le format MP§ est vraiment nul mais je crois que la résolution digitale va s´améliorer car elle représente le principal support musical dans l´avenir. En fait, ca l´est déjà. Mais j´espère que ce format va s´améliorer. Je pense que rien ne peut se comparer au vinyle et c´est à ce standard que devrait se mesurer l´évolution du support numérique.

- Je ne suis pas vraiment fan de ce format et de ce support mais je dois reconnaître que j´apprécie sa flexibilité et la mobilité qu´il permet: je peux écouter de la musique à vélo, en marchant, dans le train. En ce sens, j apprécie cette invention numérique et j´en dépends aussi beaucoup!

Impatiente de commencer
Et la suite? Vous allez partir en tournée? Des plans au niveau international?

- Oui, nous allons jouer en octobre et novembre au Danemark et nous préparons des concerts à l´étranger également. J´aime jouer avec mon groupe et je sais que j´ai beaucoup de chance d´avoir de tels musiciens sur scène avec moi. C´est un moment magique, qui m´inspire beaucoup quand nous nous retrouvons à jouer ensemble, c´est une expérience sans cesse renouvelée. Je suis vraiment impatiente de commencer.

Marie-Fisker 2.jpg
Marie-Fisker 3.jpg

You are about to leave this page

You are on your way over to our International page

Go to MyDALI Forum Close